Une renommée

Gravée dans l'Histoire

Sérignan, situé sur le delta de l’Orb fut, dès les temps anciens, un port d’une grande activité en rapports suivis avec l’Espagne, Majorque et l’Italie.

De Sérignan étaient expédiés des produits régionaux : blé, huile, salicorne et ce vin, très apprécié des romains.
Aux XVème et XVIème siècles, l’activité du port fut très florissante mais, par la suite, elle diminuera petit à petit en raison de l’ensablement du delta. Par contre, la culture de la vigne s’intensifia.

La vigne a d’ailleurs toujours été cultivée dans notre région. En 546 av. JC, une plante à l’état sauvage, le Vitis Vinifiera, produisait des grappes à petits grains.

A l’arrivée des Romains, la production locale prit de l’importance. Le vignoble s’étendait sur les coteaux de Sérignan, Sauvian et Vendres.
Le moût était vinifié dans des amphores et les vignerons traitaient le vin en le fumant, en le poissant avec de la résine ou en l’aromatisant pour en assurer la conservation. Toute la production de la région était considérée comme « Vin de Béziers » et c’est sous cette appellation qu’elle était expédiée à Rome où ont été retrouvées des amphores portant l’inscription « Vin blanc de Béziers » .

Ce vin de nos coteaux était très apprécié et Pline l’Ancien n’hésitait pas à écrire que « sa réputation fait autorité en Gaule ». Cette renommée ne s’est jamais démentie, même si la viticulture a décliné jusqu’au moyen âge. La culture de la vigne reprendra grâce aux monastères qui vont jouer un rôle de centre de développement et faire franchir à la viticulture le stade de l’exploitation commerciale. Florissante cité marchande du 17éme siècle, Sérignan gardera cette tradition viticole. La culture de la vigne et la commercialisation des vins atteignent leur apogée au milieu du XIXéme siècle avec l’arrivée du chemin de fer et l’accélération des moyens de transports. Le phylloxera et la mévente des vins sonneront en 1907 le glas de la prospérité. Des vignerons choisiront de regrouper leurs moyens pour donner un renouveau au monde viticole.

Histoire de la cave

par le président

Afin de faire face à une situation difficile, une poignée de vignerons décide de construire en 1935 la cave coopérative de Sérignan. Le succès de la vinification et les résultats commerciaux corrects dissipent les réticences et entraînent un accroissement du nombre de coopérateurs. De 1935 à 1957 la cave va connaître des agrandissements successifs. La production du vignoble de Sérignan croît avec les apports des vignerons de Valras, Sauvian et plus tard de Vendres. La cave coopérative est un moyen pour les petits producteurs et les salariés de grandes propriétés de s’émanciper et de gagner en indépendance. Devant le succès de ses vins et de la demande de la clientèle, les Vignerons de Sérignan s’engagent dans la vente directe dès 1975.